Hausse du prix du Yakusugi - un bois de plus en plus rare

octobre 27, 2017

Hausse du prix du Yakusugi - un bois de plus en plus rare

Nous avons récemment appris de la part de Yano-san, ébéniste de l'atelier Dazaifu Kôgei, que le prix de ses produits seront revus à la hausse.
Notre politique de transparence nous obligeant à vous expliquer les raisons de cette évolution, je vous écris ces lignes pour vous faire comprendre les enjeux des ébénistes de Yakusugi.

Le Yakusugi : un bois rare et précieux sur une île magique

forêt-Yakushima-Miyazaki
Pour la plupart d'entre vous, lecteurs assidus ou connaisseurs, vous savez déjà ce qu'est le Yakusugi, mais permettez-moi tout de même de vous présenter ces arbres majestueux.
Étymologiquement, le terme "Yakusugi" veut dire "Cèdre de Yaku". "Yaku" étant le nom que porte une île au large des côtes de Kagoshima, plus ou moins à mi-chemin d'Okinawa.
L'île de Yaku, ou tout simplement Yakushima, est connu mondialement pour les cèdres poussant en son sein. Ces derniers ont en effet la particularité d'être GI-GAN-TESQUES (certains de ces titans font presque 10 mètres de circonférence), et d'avoir une longévité incroyable. On les surnomme "Cèdres millénaires", car on dit qu'ils ont plus de 1000 ans, dont le Jômon-sugi : cèdre légendaire qui aurait dans les 2100 ans !
A savoir que seuls ceux ayant atteint l'âge vénérable de 1000 ans sont appelés "Yakusugi". Leur longévité s'expliquerait en partie par l'environnement dans lequel ils grandissent. Les propriétés granitiques du sol les fait grandir très lentement et leur donne un grain très serré. Et c'est sans parler de l'extrême humidité qui règne sur l'île : les forêts sont recouverts d'un magnifique manteau vert de mousse et les sentiers se transforment parfois en ruisseau. Nous avons littéralement affaire-là à une forêt vierge qui a inspiré Hayao Miyazaki pour son très célèbre film "Princesse Mononoké". C'est simple, vous avez tout simplement l'impression d'y être, et que vous pourrez rencontrer à n'importe quel moment un esprit de la forêt ! Bref, faire une randonnée à Yakushima est, à mes yeux, une expérience inoubliable. Ces arbres majestueux font penser à des bêtes fantastiques, figés par un ancien sortilège. Je vous conseille toutefois de bien vous renseigner avant d'aller vous y aventurer. Il y a un bon nombre de règles à observer et de contraintes à prendre en compte pour réaliser ce périple.

Travailler le Yakusugi : une activité strictement contrôlée !

Comme vous pouvez l'imaginer, les particularités géographiques de cette île et sa végétation luxuriante a attiré l'attention de l'UNESCO qui l'ajouta à son patrimoine mondial en 1993.
Donc outre le fait qu'on évite la surfréquentation touristique pour préserver l'environnement local, il est strictement interdit par le gouvernement japonais d'abattre et d'exploiter les Yakusugi ! Toutefois, il est possible d'exploiter les arbres et parties tombées naturellement (par l'âge ou les tempêtes). Ce matériau rare n'est vendu que deux fois par an, dans un marché désigné par le gouvernement local de Kagoshima, sous le contrôle vigilant de l'agence forestière. Seuls les artisans ayant reçu une licence, délivrée par l'agence forestière elle-même, ont le droit d'acheter le bois de Yakusugi. Yano-san fait justement partie de ces rares artisans.

L'avenir du Yakusugi dans l'artisanat

Bois Yakushima arbre

Les cèdres millénaires de Yakushima étant intouchables, les perspectives d'avenir ne sont pas tout rose pour notre cher Yano-san. Notre artisan-partenaire voit les réserves de bois de Yakusugi du marché disparaître à vue d’œil. Il n'est bien sûr pas pensable de faire autoriser l'exploitation d'arbres aussi magnifiques et rares. Je suis le premier à les préférer fièrement dressés, les racines profondément ancrés dans la terre, que sous l'état de tables et mobiliers. Si le bois de Yakusugi reste un matériau sublime, aux nervures et motifs naturels joliment dessinés, au parfum envoûtant, cela ne justifie pas de les couper. 
Il faut dire que le travail du Yakusugi semble avoir été porté principalement par de puissants mécènes, cherchant à montrer leur goût esthétique et leur richesse. C'est tout du moins ce que je déduis des tables massives et ostentatoires (mais non pas moins superbes) que l'on trouve dans l'atelier de Dazaifu Kôgei.
Ces mécènes se faisant de plus en plus rares, cet art est plus ou moins voué à disparaître. 
C'est aussi pourquoi nous ne proposons que des bracelets : beaucoup plus économe en matière première. Mais face à la rareté de plus en plus handicapante du bois de Yakusugi tombé, Yano-san nous expliqua qu'il n'avait plus vraiment d'autres choix que de hausser son prix en conséquence. 
AKANE ZEN tient donc à s'excuser pour cette hausse des prix. Nous pensons que vous saurez toutefois comprendre les circonstances qui poussent l'atelier Dazaifu Kôgei à pratiquer ses prix. Après tout, ce serait horrible d'en venir à endommager l'environnement féérique de Yakushima !
 




Voir l'article entier

L'artisanat japonais dans nos cuisines : 5 objets à adopter chez nous !
L'artisanat japonais dans nos cuisines : 5 objets à adopter chez nous !

novembre 16, 2018

Quand on parle d'artisanat japonais tournant autour de la cuisine, on a vite tendance à s'imaginer les innombrables vaisselles, les couteaux de cuisines, les baguettes, et bien d'autres objets courants.
D'une simplicité élégante mais aussi très utiles, laissez-moi plutôt vous présenter 5 objets japonais que vous pourrez adopter dans votre cuisine.

Voir l'article entier

Artisanat japonais et bonheur : la beauté dans le quotidien
Artisanat japonais et bonheur : la beauté dans le quotidien

novembre 02, 2018

J'ai personnellement toujours eu une passion des belles choses, des beaux objets. C'est aussi simple que ça, les objets artisanaux japonais m'apaise.
J'aimerais donc m'attarder sur le sujet des objets et les effets qu'ils ont sur nous, pour vous démontrer en trois points pourquoi les objets artisanaux japonais contribuent à votre bonheur quotidien.

Voir l'article entier

Salon du saké : les Français à la rencontre du Shôchû
Salon du saké : les Français à la rencontre du Shôchû

octobre 12, 2018

Le Salon du Saké de 2018 est derrière nous, et beaucoup de Français se sont pressés dans l'espace du New Cap Event Center à Paris pour découvrir le monde des alcools japonais.
Pour ma part, j'ai eut l'honneur de faire découvrir à tous les gourmets et curieux non pas un saké, mais bel et bien un Shôchû au sésame !
Ceci dit, ce breuvage est si particulier qu'il peut être difficile pour les Français d'imaginer comment l'adopter. Je m'en vais vous expliquer, à partir de ma propre expérience de cette boisson et des retours des visiteurs du salon, pourquoi le Shôchû a encore bien du chemin à faire avant de se retrouver dans les verres des Français.

Voir l'article entier