Salon du saké : les Français à la rencontre du Shôchû

octobre 12, 2018

Salon du saké : les Français à la rencontre du Shôchû

Le Salon du Saké de 2018 est derrière nous, et beaucoup de Français se sont pressés dans l'espace du New Cap Event Center à Paris pour découvrir le monde des alcools japonais.
Pour ma part, j'ai eut l'honneur de faire découvrir à tous les gourmets et curieux non pas un saké, mais bel et bien un Shôchû au sésame !
Vous ne connaissez pas le Shôchû ? Ni celui de Beni Otome ? Alors je vous invite à lire la brève introduction que je vous ai faite pour le salon de l'année dernière.
S'il y a une chose que nous pouvons dire avec certitude à propos du Shôchû de la distillerie Beni Otome, c'est qu'il est surprenant ! C'est en tout cas ce que nous a communiqué bon nombre de Français, amateurs ou connaisseurs, durant le salon du saké. Ceci dit, ce breuvage est si particulier qu'il peut être difficile pour les Français d'imaginer comment l'adopter. Je m'en vais vous expliquer, à partir de ma propre expérience de cette boisson et des retours des visiteurs du salon, pourquoi le Shôchû a encore bien du chemin à faire avant de se retrouver dans les verres des Français.

Le Shôchû : un alcool méconnu

Shôchû yuwari Beni Otome

L'une des raisons principales qui me pousse à dire que le temps du Shôchû n'est pas encore arrivé, c'est tout d'abord le manque de connaissance à son sujet.
De manière générale, lorsque l'être humain aborde une chose nouvelle, il va inconsciemment se baser sur sa mémoire et son expérience pour trouver quelque chose d'équivalent. Si ce réflexe permet de naturellement comprendre les choses avec une plus grande rapidité, il est aussi source de beaucoup de préjugés et de jugements hâtifs. Ainsi, quand un Français découvre pour la première fois un Shôchû à base de patate douce, il va automatiquement faire une comparaison avec la vodka, pourtant bien différente.

 

Alcool différent, culture différente

Shôchû Beni Otome mizuwari

Un autre facteur qui, à mon avis, n'aide pas le public français à adopter une telle boisson, c'est le prisme culturel à travers laquelle on aborde les choses. En effet, le Shôchû est un alcool distillé, mais qui ne s'élève majoritairement que dans les alentours de 25 degrés d'alcool (certaines exceptions vont au-delà, comme justement le Beni Otome Gold qui, âgé de 8 ans, atteint les 38 degrés). Il est donc un peu trop fort pour être perçu comme un apéritif, et trop léger pour être perçu comme un digestif. C'est l'une des questions qui remontaient le plus souvent dans le salon : est-ce un apéritif ? Un digestif ? Le représentant de la distillerie ne savait trop quoi répondre. Il faut dire que les Japonais n'ont pas forcément la même approche de l'alcool que nous autres. Dans le Shôchû notamment, il y a surtout une valeur sociale, festive ! On boit le Shôchû plus pour passer un bon moment en famille ou entre amis, que pour l'accorder avec un met, se mettre l'appétit ou s'aider à digérer. Il y a bien évidemment toute une gastronomie qui orbite autour du Shôchû (et du Nihonshû d'ailleurs), mais cela n'a rien à voir avec notre approche d'un accord met/vin.
Si je devais à tout prix faire un rapprochement, je dirais que la gastronomie japonaise basée autour de l'alcool (que vous pourrez notamment savourer dans les Izakaya) se rapproche plus du Tapas espagnol.
Mais cela fera l'objet d'un tout autre article pour un prochain jour. 
 

Quel avenir pour le Shôchû en France et en Europe ?

Shôchû alcool japonais

De ce que nous avons pu remarquer des retours du salon, il est difficile de s'imaginer les Français adopter exactement la même façon de boire le Shôchû que les Japonais. Pour vous rappeler vite fait, les Japonais apprécient le Shôchû aussi bien avec quelques glaçons, ou rallongé avec de l'eau voir de l'eau chaude (certains vont même aller jusqu'à rallonger avec du thé).
Certains visiteurs ont en effet confirmé qu'un seul bon gros glaçon, de la même manière que pour un bon whisky, conviendrait tout à fait au Beni Otome, qui reste un Shôchû très raffiné. Mais pour la plupart des amateurs, rallonger un alcool avec de l'eau (à part pour certaines boissons comme le pastis) est synonyme d'alcool de mauvaise qualité. C'est là encore une façon de penser qui vient tout droit de la culture du vin.
En termes de popularité et de façon de déguster, j'ai souvent tendance à rapprocher le Shôchû des Pastis et autres boissons anisées. Mais là encore il est difficile d'imaginer que les Français puissent déguster le Shôchû comme il dégusterait un pastis.


Au final, il faudrait pouvoir bénéficier du palais de quelques critiques culinaires et sommeliers pour dévoiler aux Français toute la complexité et la richesse du Shôchû. Sans cela, il semblerait que le monde de la mixologie soit la meilleur piste à suivre pour les fabricants japonais. D'autant plus pour le Shôchû de Béni Otome, dont le goût de sésame grillé si particulier peut servir de base pour des cocktails très intéressants. Il faut dire les trois quarts des visiteurs qui se sont retrouvés en émoi devant le Shôchû au sésame sont surtout des barmans et mixologistes. Alors forcément, ça met la puce à l'oreille !

Et vous ? Avez-vous déjà bu du Shôchû ? Faites nous part de vos commentaires dans nos réseaux sociaux ! 





Voir l'article entier

Artisanat japonais et bonheur : la beauté dans le quotidien
Artisanat japonais et bonheur : la beauté dans le quotidien

novembre 02, 2018

J'ai personnellement toujours eu une passion des belles choses, des beaux objets. C'est aussi simple que ça, les objets artisanaux japonais m'apaise.
J'aimerais donc m'attarder sur le sujet des objets et les effets qu'ils ont sur nous, pour vous démontrer en trois points pourquoi les objets artisanaux japonais contribuent à votre bonheur quotidien.

Voir l'article entier

Rencontre avec Joranne Bagoule : passionnée du Japon et de ses objets !
Rencontre avec Joranne Bagoule : passionnée du Japon et de ses objets !

septembre 28, 2018

Joranne Bagoule : illustratrice, blogueuse, baroudeuse et amoureuse du Japon !
Pour tout ceux d'entre vous qui aiment découvrir la culture japonaise et les nombreux objets qui tournent autour, je suis sûr que vous avez déjà entendu parler d'elle ! Et si ce n'est pas le cas, raison de plus pour la découvrir !

Voir l'article entier

Commande spéciale : le nouveau service d'AKANE ZEN !
Commande spéciale : le nouveau service d'AKANE ZEN !

août 10, 2018

Le projet AKANE ZEN compte déjà douze artisans parmi ses partenaires. Actuellement, notre boutique compte une petite sélection de quatre-vingt seize produits artisanaux. 
Malgré tout, il manque forcément un produit dans notre boutique que vous aimeriez à tout prix vous procurer. Un objet, une décoration, un ustensile, une matière première, un accessoire, un vêtement que l'on ne trouve qu'au Japon et difficile à obtenir. Peut-être même que vous l'avez aperçu dans une des vidéos de nos périples dans le Kyushu ? Vous voulez absolument mettre la main dessus ?

Voir l'article entier