5 techniques de fabrication de kimono qui vont vous époustoufler !

novembre 30, 2018

5 techniques de fabrication de kimono qui vont vous époustoufler !

Le monde du Kimono est un véritable royaume artistique à part entière. Vêtement ou œuvre-d'art ? Un peu des deux ! Sa forme caractéristique est presque inchangée au cours des siècles car ce qui fait toute la beauté du Kimono (et son prix), c'est son tissu. Majoritairement en soie, d'une très grande qualité, nécessite la collaboration de plusieurs artisans avec une maîtrise technique de haute-volée, le tissu pour Kimono est un véritable trésor ! Si précieux que les Japonais rivalisent d'ingéniosité pour récupérer et l'utiliser jusqu'au bout, mais nous parlerons de ça plus tard...
Pour le moment, j'aimerai vous présenter 5 techniques propres au monde du Kimono dont le rendu artistique vous coupera le souffle ! Vous êtes prêt ? C'est parti !

Yûzen : peinture sur tissu

 Kimono Yuzen

Source : 着物買取のオススメ業者

Je commence par le plus évident, car vous en avez tous déjà vu au moins une fois dans votre vie : la technique Yûzen (友禅) ! Typique des kimono de Kyoto, il s'agit tout simplement de créer les motifs du Kimono au pinceau. Le peintre de Kimono, de la même manière que sur une toile vierge, pré-dessine et applique les pigments directement sur l'étoffe.
L'équilibre de la composition, le raffinement des traits et du jeu des couleurs, le Kimono de type Yûzen est tout simplement un tableau en tissu. Lorsque les Japonais ne les portent pas (rares sont les occasions permettant de sortir avec), certains prennent plaisir à l'exposer sur un étendoir spécifiquement prévu à cet effet. Mais c'est aussi le cas pour les autres kimono ci-dessous, qui n'ont rien à envier à la technique Yûzen !  

Ise-Katagami : technique du pochoir

Ise Katagami

Source : 鈴鹿F1日本グランプリ地域活性化協議会

Pour créer les motifs ici, le processus du Ise-Katagami (伊勢型紙) est d'autant plus incroyable. L'artisan doit d'abord créer un pochoir en papier qui lui servira plus tard à imprimer les motifs sur le tissu. Ce travail demande énormément de patience, puisqu'il faut dessiner pour redécouper le tout. La précision et la finesse du pochoir est telle qu'elle devient une véritable dentelle ! Certains artistes issus du monde du Kimono n'hésitent d'ailleurs pas à réutiliser de tels pochoirs pour créer divers œuvres.
L'intérêt de cette technique est de pouvoir reproduire un motif de façon régulière avec la même justesse.
Le motif répété prends en effet une part importante dans l'art japonais. C'est le cas aussi pour la technique ci-dessous. 

Mokuhan Sarasa : technique du tampon

Mokuhan Sarasa 

Source : Gallery Japan

Comme pour le Katagami, le Mokuhan Sarasa (木版更紗) est une technique d'impression de motifs (Katazome/型染め). Sauf que cette fois-ci, non content de faire avec que du papier, l'artisan va carrément graver le motif sur un tampon en bois !
Si ce processus est tout à fait fastidieux, il a le mérite de pouvoir créer des tampons réutilisable sur plusieurs générations.
C'est pourquoi pour un artisan, ce genre de tampon fabriqué par leurs aïeux est un trésor familial irremplaçable ! 
 

Kasuri : motifs directement tissés

Ikat Japonais

 Connu sous le nom d'Ikat en France, le Kasuri (絣) consiste à créer les motifs du tissu en teignant tout d'abord les couleurs sur chaque fil à des intervalles très précis. Puis, en coordonnant les fils de trame et de chaîne, les couleurs s'assemblent pour créer un motif. Le travail que cette technique demande est tout simplement impressionnant ! Avec le motif final en tête, l'artisan doit savoir teindre (ou au contraire réserver certaines zones) chaque fil au bon endroit, pour qu'une fois réunies, les fils coïncident comme il faut. Quand le Kasuri est tissé au métier Jacquard manuel, il est tout simplement impossible de faire coïncider parfaitement chaque fil. Ce qui donne au motif un aspect "brouillé" ou "pixelisé", qui ravi l’œil des Japonais.

Saga-Nishiki : brocart au papier

Brocart japonais

Source : 婚礼和装専門店 新木屋

Cette technique provenant de la région de Saga, le Saga-Nishiki (佐賀錦) est un brocart, c'est-à-dire un tissu avec des dessins brochés. Oui, mais alors qu'est-ce qui fait que ce brocart est plus intéressant que d'autres ? Et bien tout simplement parce que c'est la seule technique de brocart qui utilise des fils en papier torsadés dans sa trame ! Vous voyez ces motifs dorés ? Ce sont ces papiers finement torsadés, que l'on a préalablement laqué pour leur donner des couleurs brillantes dorés ou argentés. En effet, le Washi est un papier robuste et précieux que les Japonais savent recycler sous plusieurs formes, dont ces fils. L'épaisseur du tissu le destine plutôt aux ceinture Obi. 

Il existe bien sûr une foule d'autres techniques qui implémentent différentes matières. Je n'ai même pas parlé du Bingata, du Hakata-ori, du Tsumugi, le Basshôfû, et bien d'autres.
Et vous ? Quelle est votre technique préféré ?





Voir l'article entier

Une seconde vie pour les Kimono et Obi : 5 objets couramment fabriqués
Une seconde vie pour les Kimono et Obi : 5 objets couramment fabriqués

décembre 07, 2018

Le Kimono : ce vêtement iconique possède une forme qui lui est particulière et qui ne varie que très peu. Mais alors si la forme reste la même, et qu'en plus il n'y a même pas de tailles différentes, qu'est-ce qui fait la valeur de ce vêtement parfois si coûteux ? Le tissu, pardi !
Certains en arrivent donc à leur donner une seconde vie en les transformant complètement. C'est un pas parfois difficile à faire vu le trésor que sont ces vêtements traditionnels. Mais pour ceux et celles qui ont la chance de savoir coudre, c'est un choix bien meilleur que de leur dire adieu ! 
Je vais donc vous présenter les 5 formes que prennent les Kimono sous les mains des couturières et couturiers astucieux !

Voir l'article entier

Les 5 fleurs les plus populaires dans les Kimonos
Les 5 fleurs les plus populaires dans les Kimonos

septembre 21, 2018

Une chose est sûre : l'esthétique traditionnelle japonaise est parfois très "florale". Il faut dire que les Japonais ont développé un goût certains pour les beautés de la nature, et les fleurs sont bien évidemment particulièrement prisés. A l'occasion de ce petit article léger, laissez-moi vous présenter les cinq fleurs les plus présents dans le monde du Kimono !

Voir l'article entier

Introduction au Hakata Ori : la soierie traditionnelle de Fukuoka
Introduction au Hakata Ori : la soierie traditionnelle de Fukuoka

septembre 14, 2018

Cela faisait un bout de temps que je voulais vous parler du Hakata-Ori. Après tout, il s'agit d'une technique de tissage artisanale emblématique de Fukuoka, là où est basée AKANE ZEN. N'étant pas un spécialiste du textile, je ne saurais vous donner une présentation ultra précise et exhaustive de ce tissu si complexe. Mais je vais vous proposer pour l'instant une modeste introduction afin de vous familiariser avec cette soierie si délicate et élégante !

Voir l'article entier