Un jour, un Kimono

janvier 19, 2018

Un jour, un Kimono

Je voudrais vous faire part aujourd’hui d’un petit projet que je compte lancer sur notre page Facebook. Histoire de vous mettre au parfum. C’est un peu comme un jeu, mais avec tout de même un but sérieux derrière !

Je compte lancer une série de photos de Kimono, afin de sensibiliser un maximum de gens (francophones comme anglophones) aux techniques artisanales en voie de disparition. En effet, vous n’êtes pas sans savoir que le Japon affronte un terrible vieillissement de sa population. Vieillissement qui frappe durement le monde de l’artisanat, et tout particulièrement le monde du Kimono. Inutile de vous faire tout un topo, cet article résume bien la situation.

Habillant autrefois le peuple Japonais tout entier, le Kimono (littéralement « chose portée ») n’est porté plus qu’à de rares occasions. Comme par exemple tout récemment le Seijin no Hi (成人の日), où les jeunes Japonaises ayant atteint l’âge adulte revêtent un Kimono dit « Furisode », aux manches particulièrement longues.
Ne confondez pas avec les habits que l’on porte pour pratiquer les arts martiaux. Le terme « Kimono » désignant le vêtement dans sa globalité, on a tendance à associer les deux. On parle ici de l’habit traditionnel allant du cou aux chevilles et composé de plusieurs carrés de tissus cousus ensemble.
Maintenant que les habits occidentaux sont devenus la norme au Japon, l’industrie s’est considérablement réduite. Et c’est dire, le Japonais moyen n’utilisant plus que des Kimono fabriqués à la machine, car moins cher, les artisans ne tiennent que grâce à quelques mécènes et aux subventions du gouvernement japonais.
On parle de techniques artisanales vieilles parfois de plus de mille ans, dans la teinture, la peinture, la couture, et même la fabrication des fils, qui sont en danger !

Pourquoi « Un jour, un Kimono » ?

Pourquoi j’en parle ici ? Parce que je veux sensibiliser autant que possible les gens sur ce sujet.
Ils se doivent de savoir. Et pour ça, j’ai besoin de vous !

Le but ici est de sensibiliser les francophones et anglophones à travers Facebook. J’aimerai que les gens se rendent compte que le Kimono, en plus d’être un habit magnifique, est un véritable puits de techniques et de créativité artistique, et que l’humanité perdrait énormément si les artisans venaient à mourir en emportant leur savoir-faire dans la tombe.

Chacun d’entre vous peut contribuer à cette série en partageant nos publications, et en publiant vous-même des photos de Kimono fabriqué par le même artisan(e). Je commencerais bien sûr par les artisans élus « Trésor National Vivant ». Parce que ces derniers sont d’une part reconnus comme ayant maîtrisé et innové leur technique, et d’autre part les détenteurs des techniques les plus en dangers.

Les règles de la série 

Rien de compliqué :

  • Un jour, un artisan, une photo de Kimono que l’on publiera sur notre page.
  • Seront mentionnés, le nom de l’artisan, la source de la photo, ainsi que le nom de la technique et l’âge de l’artisan.
  • Partagez autant que vous pouvez ! Vous êtes libre de publier une photo d’un Kimono du même artisan sur notre page (que vous partagerez aussi). Attention je vous préviens, ce n’est pas très facile de trouver des photos de kimono avec beaucoup d'informations.
  • Les Obis (帯), ceintures pour Kimono, comptent aussi.
  • Lorsque vous publiez une photo de Kimono, comme nous, citez le nom de l’artisan et la source de la photo, et si possible, sa technique et son âge. L’âge est particulièrement important à mon sens parce que c’est ce qui communiquera à tous l’imminence du problème. Pas besoin d’écrire en Français ET en Anglais, le principal est de publier et partager.   

Vous vous sentez ? Bien… alors à la semaine prochaine pour notre première publication de la série !





Voir l'article entier

Les 5 fleurs les plus populaires dans les Kimonos
Les 5 fleurs les plus populaires dans les Kimonos

septembre 21, 2018

Une chose est sûre : l'esthétique traditionnelle japonaise est parfois très "florale". Il faut dire que les Japonais ont développé un goût certains pour les beautés de la nature, et les fleurs sont bien évidemment particulièrement prisés. A l'occasion de ce petit article léger, laissez-moi vous présenter les cinq fleurs les plus présents dans le monde du Kimono !

Voir l'article entier

Introduction au Hakata Ori : la soierie traditionnelle de Fukuoka
Introduction au Hakata Ori : la soierie traditionnelle de Fukuoka

septembre 14, 2018

Cela faisait un bout de temps que je voulais vous parler du Hakata-Ori. Après tout, il s'agit d'une technique de tissage artisanale emblématique de Fukuoka, là où est basée AKANE ZEN. N'étant pas un spécialiste du textile, je ne saurais vous donner une présentation ultra précise et exhaustive de ce tissu si complexe. Mais je vais vous proposer pour l'instant une modeste introduction afin de vous familiariser avec cette soierie si délicate et élégante !

Voir l'article entier